Agronomie

La moisissure blanche et la pourriture sclérotique sont de gros problème pour les producteurs

soybean and canola crop

Les producteurs agricoles n’ont jamais été du genre à attendre passivement. Confrontés à de nouvelles opportunités, chaque saison, ils prennent le taureau par les cornes. Peu importe l’insecte, le parasite ou le problème qui les sépare de leurs rendements records, ils déploient le travail et les tactiques pour les déjouer.

Compte tenu de leur approche proactive  de l’agriculture et de la vie en général, c’est surprenant qu’ils baissent la garde en gestion de la maladie. Surtout, quand il est question de protéger leurs soyas et leurs canolas de la pourriture blanche et de la pourriture sclérotique de la tige.  

Bien que les agriculteurs puissent gérer le problème efficacement en réagissant rapidement à une infestation dans leurs champs, la meilleure façon de protéger leurs cultures et leurs profits consiste à une prise de décision proactive concernant la maladie.

C’est quoi au juste la moisissure blanche et la pourriture sclérotique ?

Sclerotinia sclerotiorum est un champignon qui cause la pourriture sclérotique de la tige dans le canola et la moisissure blanche dans le soya. Les deux facteurs qui exposent vos cultures à l’apparition de cette maladie sont les conditions météorologiques et l’historique du champ.  Tard durant la saison, les symptômes apparaissent comme des lésions grises sur les tiges. Des sclérotes noirs caractéristiques apparaissent à l’intérieur des tiges, de même que dans les gousses de canola.

La maladie infecte les cultures à la floraison sous des conditions fraîches et humides. Un couvert végétal dense peut aussi être plus susceptible à la maladie qu’un couvert clairsemé.

Une fois que la pourriture sclérotique s’installe dans un champ, c’est presque impossible de l’éradiquer. La survie à long terme des sclérotes assure la présence continue de l’inoculum toujours prêt à attaquer la prochaine culture de canola ou de soya sous des conditions favorables. Voilà pourquoi les producteurs avec des champs déjà infectés doivent les traiter en continu contre cette menace permanente.

La moisissure blanche et la pourriture sclérotique peuvent causer une importante réduction du rendement chez les deux cultures. Donc, il est essentiel que les producteurs adoptent une approche proactive dans la gestion de ces maladies. Voici six stratégies proactives à mettre en place : 

  • Sélection de la variété ou de l’hybride : Il n’existe aucune résistance absolue contre la moisissure blanche et la pourriture sclérotique. Toutes les variétés et tous les hybrides peuvent les contracter, si exposés à une forte pression. Cependant, il existe une différence de tolérance à l’intérieur des variétés et des hybrides. Il importe de choisir des hybrides de canola et les variétés de soya qui réduisent l’incidence de la pourriture sclérotique, ainsi que la gravité globale de la maladie.
  • Rotation des cultures : La rotation avec des cultures qui ne peuvent servir d’hôtes constitue un moyen efficace de réduire la pression de la maladie au champ. Le maïs, le sorgho et les céréales à paille en sont des exemples. Toutefois, c’est une solution provisoire puisque les sclérotes survivent jusqu’à dix ans dans le sol.
  • Gestion des mauvaises herbes : Plus de 400 plants hôtes possibles pour la moisissure blanche donc de nombreuses   mauvaises herbes à feuilles larges. En plus de servir d’hôtes à la maladie, les mauvaises herbes peuvent accroître la densité du couvert végétal ce qui favorise le progrès de la maladie. Dominez la situation en présence de mauvaises herbes. Profitez des solutions de pointe pour culture offertes par Corteva Agriscience™.
  • Le semis direct peut minimiser l’effet de la maladie : Les sclérotes germent dans les deux premiers pouces de la surface du sol. Sous cette profondeur, ils peuvent demeurer en dormance pour jusqu’à dix ans. Des recherches ont démontré que, généralement, le semis direct est mieux que les autres méthodes de travail du sol pour limiter la moisissure blanche.
  • Limiter la formation d’un couvert végétal dense : Aux endroits où le risque est élevé, les pratiques culturales favorisant la croissance hâtive d’un couvert végétal dense doivent être évitées. Ces pratiques incluent le semis hâtif, les rangs étroits et les densités de peuplement excessives.
  • Les applications foliaires pour une gestion proactive : Acapela est un fongicide du groupe 11. Il fournit une protection fiable contre la moisissure blanche et la pourriture sclérotique. La suppression dépend à la fois du moment de l’application et de la couverture. Dans le soya, faites la première application des stades R1 à R2 (début de la pleine floraison). Puis, effectuez la deuxième application de sept à dix jours plus tard, si besoin. . Dans le canola, contre la pourriture sclérotique, traitez avant le développement de la maladie entre 20 et 50 % de la floraison.

Les propriétés de mouvement uniques d’Acapela fournissent une couverture complète, une performance constante et une protection supérieure. L’absorption rapide déplace le fongicide rapidement et avec efficience à l’intérieur de chaque plant. Cela permet de traiter même lorsque les conditions au champ présentent un défi. Résultat, les producteurs obtiennent des cultures plus en santé et un potentiel de rendement plus élevé.

Pour obtenir plus d’information au sujet d’Acapela et des applications proactives de fongicide, téléchargez notre document infographique, visitez votre détaillant ou Acapela.corteva.ca/fr.

Cet article a été écrit en partenariat avec l’agronome Laura Sharpe.